Activités à Lyon, Voyages

Un week-end à pédaler la ViaRhôna (240km inside)

6 avril 2018

La ViaRhôna, c’est une piste cyclable qui permet de suivre le Rhône (bravo Sherlock) à vélo. Dans sa version complète, elle relie le Lac Léman à la Méditerranée sur 815km (j’ai bien fait mes devoirs t’as vu ?). En Juin 2017, avec une poignée de copains, nous avons relié Lyon au Lac d’Aiguebelette sur 150km en vélo-rando. Pas si pire, je vous explique.

Relier Lyon au Lac d’Aiguebelette à vélo

Tu te doutes un peu que ce genre d’idée ne me vient pas spontanément : traverser la moitié du département pour aller me baigner dans un lac (que je vais trouver de toute façon trop froid), c’est pas un truc qui me garde éveillée toutes les nuits. La pulsion est venue de copains qui ont un peu d’expérience dans le vélorando (et qui sont un peu dérangés aussi). Une fois le « ouat, c’est possible en une journée de faire 150km à vélo ? » le projet était en place.

Le choix de la destination s’est fait en fonction – a priori – de la topo plutôt douce sur tout le trajet. Oui, parce que les photos de Jean-Michel et Nadine sur le vélo de course à côté du panneau « Mont Ventoux Alt. 1912m » arrivent à me rendre nostalgique d’une bonne séance de dépilation à la lumière pulsée sur les aisselles (spoiler alert : je n’ai jamais terminé le protocole tellement j’en pouvais plus). Pour autant, la ViaRhôna, ce sont des routes emblématiques qu’il me tardait d’essayer en bicyclette. Si en plus des copains me trouvaient une excuse pour les tester et me plaindre (parce que bon, c’est un sacré morceau, 150km), c’était banco.

Comment s’organiser pour une bonne vélo-rando sur la ViaRhôna ?

La première chose, c’est de travailler la topographie : on checke l’état des routes, on visite le site ViaRhôna, on s’imprime éventuellement la route, on valide que rien n’est fermé. Lors de notre périple, un tronçon de notre trajet était inaccessible sans que nous l’ayons vu. Ça nous a rajouté 15km sur une route de terre : les vibrations sur un terrain pas vraiment adapté à nos vélos, la poussière, l’agacement de se rajouter de la route – c’était, j’avoue, chiant. Du coup conseil de tata-cléclé : travaille ta topo, anticipe, c’est mieux.

Autre chose, réserve un lieu pour l’arrivée (et un restau) : comme ça, tu connais ton objectif, ça aide aussi à se projeter quand pédaler devient un peu compliqué ! Question restau, si tu as visé un petit patelin bien perdu, avoir une liste d’options pour manger, c’est top (surtout si tu as des relous végétariens dans l’équipe – genre ouam wesh). Idem pour le lendemain matin si il te faut repartir

Ensuite, imagine le retour, avec option : dans notre projet initial, on avait prévu un retour en train. Sauf que, dans notre groupe, nous avions un couple en tandem. Les tandem n’étant pas acceptés dans les trains, on a finalement tous décidé de rentrer avec le tandem, nos fessiers cassés et nos sacs.  On a quand même pu trouver un trajet plus rapide (mais beaucoup moins fun) pour se rentrer.

Pense à prévoir des alternatives en cas de bobos : si quelqu’un à un coup de moins bien ou un vélo cassé, c’est bien d’anticiper certains « coupe file » quand c’est possible. Genre un train, un retour, un copain pas loin avec une voiture, etc.

Vérifier bien la météo : pas de pluie, mais pas trop chaud non plus.

Enfin, point matériel : on avait tous des vélos à titre perso, mais à part le tandem, on a tous choisi la location pour faire le trajet. On a donc pris des vélos spéciaux pour la randonnée, avec des roues adaptées et surtout des sacoches qui vont bien, parce que se charger le dos, ça ne sert à rien

Le déroulé :

Lyon > Lac d’Aiguebelette via la ViaRhôna

Départ de Lyon-Guillotiere :

Se fait assez rapidement via les quais, puis au choix via La Feyssine ou le Parc de la Tête d’Or (la Feyssine plus rapide, moins dans la circulation )

Puis Miribel et Canal de Jonage pour démarrer la Via Rhôna

La partie Jonage – Jons fait moins rêver car après quelques kilomètres aux bords des berges du Canal, on tombe sur de la circulation de villes à villages : Jonage – Jons – Villette d’Anton, Anton , puis Lanieu, ect.

Une fois passés ces villages, ont est pleinement sur de belles portions de la Via Rhône et là, c’est le gros kiff. Visuel, qualité de la route, les alentours. Bref, je conseille vraiment de préférer des portions bien terminées : on sent que les gens qui les ont aménagées y ont mis de la bonne volonté !

Le très bon côté de la Via Rhôna, c’est la topographie : pas de montée violente, ce qui en fait un parcours accessible à tous ! Pour trouver de la difficulté, on va donc privilégier la longueur !

Pour le retour, nous avons tracé une ligne un peu plus droite, et donc suivi un chemin bien moins sexy que celui du fleuve, mais ça nous a gardés éveillés et évité 60km de plus (oui parce que bon, la ViaRhôna c’est tout mignon, mais c’est pas tout à fait droit hein). Il y a quand même l’option train si t’as pas de courage et de bravoure (où que t’en a plein les pattes -no judgment).

 

Mon avis

Pour cadrer mon avis, mon contexte personnel était le suivant : je n’avais jamais fait plus de 3h de vélo de ma vie (VTT ou route) je suis quelqu’un d’un peu active (1h30 à 3h de sport /semaine selon mon emploi du temps genre running, renforcement et escalade) mais je ne suis pas non plus une machine. Donc faire du vélo sur des longues distances, avec une topographie variée, c’était la découverte complète. Au final, pédaler le long de la ViaRhôna, c’était une expérience très enrichissante, tant pour la beauté des paysages que pour l’effort accompli ! Les quelques jonctions pas encore aménagées se ressentent tout de suite : plus difficile de pédaler, plus de variations de topo, revêtement moins praticable et surtout, pédalage le long des départementales sur quelques kilomètres.

Le casque est bien sûr très important sur une aussi longue distance ! Pour l’anecdote, j’ai quand même eu le plaisir d’une collision entre vélos au 30eme kilomètre qui m’a couverte d’un grand bleu sur le fessier #chaleur.

Côté météo, à 14h, le thermomètre indiquait 32 degrés. Très honnêtement ce n’était pas vraiment un problème : nous nous forcions tous à boire très très souvent, pauses barres de céréales toutes les 2h minimum et petits arrêts pour souffler de quelques minutes pour les portions les plus musclées. Le fait d’avancer donne de l’air : on a pas vraiment l’impression d’étouffer de chaleur. Et bien sûr, il faut insister sur la crème solaire, le casque fait le job pour protéger des rayons, mais il n’évite pas l’exposition de la nuque. Du coup, j’ai « hacké » un bandeau-tube de running (genre Buff) que j’ai coupé à moitié sur les côtés pour le rentrer dans mon t-shirt. (Sérieusement ces trucs font des merveilles j’en ai genre 5 et j’en ai toujours 2 sur moi en cas de rando / vacances / vélo. C’est bien trop pratique !!)

 

TLDR // Mes conseils de grosse débutante pour pédaler comme un bienheureux :

– eau & barres

– prenez une sacoche et oubliez les petits sacs à dos type camel bag : sur un vélo de rando, pas besoin de s’encombrer le dos !

– partez avec un vélo adapté aux longues distances : fiable avec matos de rechange (chambre à air).

– Concernant le matériel de sécurité, c’est à dire le casque, équipez vous avec du neuf !

Pour les infos, il y a des sites sur les internets super bien faits. Je recommande le groupe Facebook  où tu pourras poser toutes tes questions (si elles sont un peu con, ne dis pas que c’est moi qui t’envoie wesh)

ViaRhôna : 815 km d’itinéraire vélo le long du Rhône

Et toi la ViaRhôna, tu l’as déjà essayée ? Tu serais tentée ?

Pour les plus interressées, je vous invite à télécharger l’application Strava qui est juste top pour les rando à vélo : tous les segments y sont détaillés, temps, pauses, etc. Si ça vous intéresse, je peux vous transmettre le détail du parcours via mon Strava !

You Might Also Like

7 Très belles personnes ont manifestées leurs avis, tu devrais être faire tout pareil à mon avis

  • Reply Dress Me and My Kids 21 août 2018 at 10 h 43 min

    Hello, ce périple avait l’air super ! Cela doit être génial de se faire un week-end comme ça. Mais je ne sais pas si j’en serais capable.

  • Reply maman et sa chipie 21 août 2018 at 11 h 48 min

    wahooo alors bravo car je suis incapable d’en faire 5 km 😉 Merci aussi pour tes conseils car effectivement je serais une vraie debutante

  • Reply Tartine & Mascara 21 août 2018 at 13 h 04 min

    Sacré challenge que tu t’es lancé, ça doit être vraiment enrichissant et au final tu apprends sur toi en plus de découvrir un bout de France !

  • Reply Serena 21 août 2018 at 13 h 43 min

    Hello,
    Waoh je suis impressionnée car je ne suis pas une grande sportive ! Mais vu ce que tu en dis ça me semble accessible donc pourquoi ne pas tenter ^^ Après c’est sûr que l’eau et les barres c’est essentiel et ça doit requinquer un maximum ! Et un sac ergonomique et léger aussi ahah, mon point faible LOL
    Des bisous 🙂

  • Reply BettieRose 21 août 2018 at 15 h 23 min

    Hello
    “En chier”, fallait pas le barre ahah !
    Tu m’as donné des sueurs froides. Mais faut que j’avoue une chose : j’ai une réelle phobie du vélo et ce depuis l’adolescence. Je suis presque paralysée sur un vélo. Sauf en salle de sport mais nous d’accord que l’enjeu et les risques ne sont pas les mêmes 🙂
    Quel volonté 🙂

  • Reply Girls n Nantes 22 août 2018 at 10 h 00 min

    bravo et chouette parcours c’est vraiment impressionnant !
    j’avoue je déteste le vélo donc je ne ferais pas mais je suis vraiment bluffée par ceux qui en font !

  • Reply The City and Beauty(kat) 22 août 2018 at 10 h 32 min

    Coucou j’ai un voisin qui est monté à Calais des boûches du rhone, pas facile je suppose mais quel exploit !!

  • Tu es en sécurité ici, exprimes-toi !

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.