Détente

Le brunch de Pâques : récit d’une déchéance

21 avril 2017
brunch de pâques

Vous vous rappelez des repas de Pâques en famille ? Pour certains d’entre vous, ça a peut-être encore été le cas cette année. Non pas que je n’aime pas me retrouver en famille (coucou Maman), mais j’ai particulièrement en horreur les repas de famille qui durent 3 plombes, où on mange des plats ultra-traditionnels, quand bien même personne n’aime ça, et où, surtout, une fois qu’on a mangé comme des porcs, on est obligés de se tenir bien droits sur notre chaise, bien sapés dans nos petites robes du dimanche, plutôt que d’aller s’affaler en pyjama devant Les Princes de l’Amour.

Cette année, ni Clémence, ni moi, n’avions prévu d’aller dans nos familles respectives pour se péter le bide. On a donc décidé de se faire un repas de Pâques comme on a toujours rêvé d’en faire. Autant vous dire que c’était pas light light. Il se peut même que j’aie pleuré à un moment.

Au menu ce jour : des oeufs, du gras et de l’amour

Le brunch entre amis, c’est la vraie différence entre le XXème et le XXIème siècle. Laissez tomber l’Internet, la révolution collaborative et les énergies renouvelables. Le vrai changement sociétal, c’est l’acceptation qu’entre gens civilisés, on peut se retrouver pour manger un petit-déjeuner indécent à n’importe quelle heure de la journée, et ne pas se juger pour ça. Pour bien réussir un brunch entre amis, il vous faut :

  • Une terrasse ensoleillée en été, un canapé avec des plaids en hiver. Pour la mi-saison, je recommande en plaid sur la terrasse, mais, eh, je suis pas là pour vous juger.
  • Pas d’heure de début (parce que moi je suis une stressée de l’horloge, alors comme ça j’apprécie mieux ma grasse matinée)
  • Un dresscode strict : le pyjama du swag s’il vous plait.
  • Du temps, pour bien digérer.
  • De la nourriture en masse.

De notre côté, pour 6 personnes, nous avions : Des oeufs bénédicte (si tu ne sais pas ce que c’est des oeufs bénédicte, ta vie doit être terriblement triste) avec du saumon, du saucisson brioché (#brunchlyonnais), de la charcuterie, du fromage, du pain, des pancakes et tout ce qui va dessus (team Nutella vs. team Sirop d’érable, choisis ton camp), des tortillas et du guacamole, et enfin, pour aller avec le latte du dessert (latte maison avec du lait microfiltré #tavu), des oeufs en chocolat, parce que c’est Pâques tout de même.

Au cas où vous vous poseriez la question, oui, on a tout mangé, et non, on n’est pas allées courir après pour éliminer. A la place on s’est affalées devant Netflix en regardant un bon film d’horreur qui fait sursauter (Mama de Guillermo Del Toro, en l’occurrence).

Comme le dit l’adage : les amis, c’est la famille qu’on s’est choisie, et ce dimanche entre amis était aussi chouette que les fêtes de Pâques de quand on est petits, vous savez, celles où la chasse aux oeufs prend des tournures de course au trésor. Mais Mamie, si tu me lis, laisse-moi venir manger tes omelettes norvégiennes en pyjama extensible et j’oublie tout.

You Might Also Like

2 Très belles personnes ont manifestées leurs avis, tu devrais être faire tout pareil à mon avis

  • Reply Apolline 27 avril 2017 at 21 h 41 min

    bel article 🙂 moi aussi j’ai horreur des repas de familles qui s’éternise et du petit coté d’adversité : ceux qui ne se sont pas vu depuis longtemps en profite souvent pour faire la course « c’est moi qui ait le mieux réussit ma vie, je suis mariée j’ai trois enfants supers douée et je suis avocat je gagne plein d’argent » bon c’est un peu cliché, mais des fois on en est pas loin xD
    c’est vrai qu’on sauve trois chatons? je suis un peu naïve mais si c’est vraiment le cas c’est super 😀

    • Reply clemence 1 mai 2017 at 11 h 20 min

      Ouiiiii, c’est pareil de mon côté, les repas de famille sont jamais très sereins ! Et bien sûr pour les chatons, ils sont sauvés, bravo à toi !

    Tu es en sécurité ici, exprimes-toi !